Archives de catégorie : Francis Pichon

Une coulisse pour un réseau T-TRAK

Dans le dernier billet, je vous ai présenté le réseau que nous avons monté de manière éphémère avec Samuel. C’était un réseau bouclé avec un parti pris : une des branches serait visible et décorée, et l’autre serait réservée aux coulisses.

Pour cette coulisse, j’ai construit deux modules droits de 620 mm de longueur, et un module d’angle extérieur. Chaque module droit à une de ses interfaces conforme au standard T-TRAK avec deux voies. L’autre comporte quatre voies, deux dans chaque sens de circulation. La disposition de ces quatre voies respecte un entraxe de 33 mm. Une aiguille est disposée sur chaque sens de circulation afin de permettre ce doublement de voies. Le module d’angle comporte lui quatre voies parallèles et en courbe, avec un angle de 90° entre les deux interfaces. Avec cette coulisse, il est possible de mettre facilement deux trains par sens de circulation, voir plus en fonction de la longueur des convois et si la commande est numérique.

P1000351

Première rencontre T-TRAK

Nous avons profité, Samuel (pseudo Sam95 sur le forum du N) et moi-même de la journée du 15 août pour nous rencontrer et essayer l’interopérabilité de nos modules T-TRAK. Nous avions débuté la construction chacun dans notre coin en utilisant comme base les recommandations publiées par les modélistes australiens. Nous nous avons ensuite échangés sur le sujet en utilisant le Forum du N. Mais ce jour là c’était le grand test. Et ce fut un succès complet : nos modules se sont facilement assemblés, et les trains ont très rapidement circulés.

L’expérience nous a permis de vérifier également la facilité de mise en place d’un réseau constitué de modules T-TRAK. Pour assembler ce réseau qui reposait sur trois tables de 120 x 80 cm en forme de L, (une branche de 2 mètres et l’autre de 2,40 mètres) constitué en tout de 14 modules (4 modules droits de 310 mm, 4 modules droits de 620 mm, 5 modules d’angle intérieur, 1 module d’angle extérieur), il nous a fallu moins d’une heure en prenant en compte l’installation des tables sur leur tréteaux, l’assemblage des modules, les branchements électriques, le nettoyage des voies, la circulation de test des premiers trains. Pour cet essai nous avions utilisé une centrale ROCO avec deux multiMAUS ce qui a permis de faire circuler simultanément jusqu’à quatre trains (deux par sens de circulation).

Voici deux photos qui immortalisent  cet rencontre. La première présente les modules de Samuel, la seconde les miens. Un bon après-midi sympathique, qui nous a permis de rentrer chez nous confiant dans la suite de nos projets respectifs et dans la possibilité de proposer un réseau constitué de modules T-TRAK dans une prochaine exposition. Vous pourrez trouver d’autres photos sur le forum du N sur cette page.

P1000631

P1000621

Maison à vendre à Ennveville

Même dans un petit bourg, il y a des biens à vendre. Cette maison semble inoccupée depuis déjà quelque temps. Il semble que les éventuels acheteurs auront des travaux à entreprendre avant de pouvoir aménager.

Cette maquette fait partie des bâtiments pour un module T-TRAK en cours de construction et représentant le petit village de Enneville, dont je vous compterai l’histoire plus tard.

Ce bâtiment est construit en papier et carton. Il est issue d’une planche couleur distribuée aux adhérents de l’AFAN avec le bulletin de cette association. La maquette est à l’état “brut”. Elle doit être encore détaillée avant son intégration définitif dans le décor de Enneville.

 P1000657

P1000658

Enneville : Le bar-Hôtel-Restaurant de la gare

Bien que la gare de Enneville se limite à une halte, le bar hôtel restaurant offre aux potentiels voyageurs tout le confort simple d’un petit établissement de province. Situé au bord de la voie ferrée, et en bordure de la nationale qui traverse le village, les nuits ne doivent pas forcément être très calmes.

Cette maquette continue la série de bâtiments que je suis en train de construire pour mon module T-TRAK reproduisant le centre ville de Enneville, un petit bourg situé quelque part en France; Elle est réalisée en carton et papier à partir d’une planche imprimée distribuée il y a quelques années aux adhérents de l’AFAN avec le magazine de liaison de cette association. Si le gros œuvres est terminé, les détails qui donnent un peu de vie au décor doivent encore être ajoutés.

P1000655

P1000653

Enneville : l’église

Voici les première photos de l’église d’Enneville. C’est une église simple du XIIième siècle. Elle est la fierté de ce petit bourg, surtout pour ces vitraux.

Ah, c’est vrai, j’ai oublié de vous préciser, Enneville est un petit village imaginaire situé quelque part en France. C’est un de mes projets en cours pour un module T-TRAK.

La maquette est issue d’une planche distribuée avec un des bulletins de l’AFAN dont je suis adhérent depuis de nombreuses années. Elle est réalisée entièrement en carton. Sur les photos, elle est doit encore être détaillée.

P1000616

P1000617

Un petit coin boisé en T-TRAK

Ces deux modules d’angles respectant le standard T-TRAK ont été conçus pour assurer la transition sur une réseau d’exposition entre la zone décorée et une coulisse. Ces deux modules sont prévus pour être utilisés ensemble sur le côté gauche du réseau. Les trains disparaissent alors dans une tranchée et le passage supérieur permet de ne pas utiliser d’entrée de tunnel.

Comme à mon habitude, ces modules sont construits sur une base de carton plume de 10 mm d’épaisseur. Les reliefs sont réalisés par la juxtaposition de couches de carton plume ou de plaques de polystyrène. Le décor utilise des produits de différentes marques (BUSH, REDUTEX, FALLER, NOCH, …) en fonction de ce que j’ai de disponible dans mes réserves que j’utilise en fonction de mon inspiration du moment.

Pour les besoins de la prise de vue, une autorail X73500 de MIKADOTRAIN et un bus Oxford Diecast ont été mis en situation.

P1000348

P1000350

P1000344

P1000341

Un bâtiment PN-Halte en N

Dans le numéro 2 de la revue Clés pour le Train Miniature, édité par LR-PRESSE, une planche proposait de construire un petit bâtiment de garde barrière auquel a été ajouté une petite annexe l’ensemble constituant une sympathique halte ferroviaire.

Je me suis lancé dans la construction de ce petit modèle en carton, et j’y ai apporté quelques améliorations, en particulier en utilisant des feuilles des feuilles de texture REDUTEX.

Ce petit modèle devrait se retrouver prochainement sur un de mes modules T-TRAK.

P1000362

P1000363

T-TRAK : Suite de construction des modules

Pour faire suite à l’article précédent qui décrivait le principe du système T-TRAK, je vais maintenant évoquer la construction des modules et la constitution du premier réseau.

Les modules peuvent être construits en utilisant divers matériaux de base comme bien sûr le bois, mais également le plastique. Pour ma part j’ai choisi de construire mes premiers modules T-TRACK en utilisant du carton plume. Le carton plume est un sandwich composé d’une feuille de polystyrène encadré de deux feuilles de cartons fin. J’ai choisi d’utiliser des feuilles de 10mm d’épaisseur. Cela est suffisant pour conférer une rigidité suffisante pour les modules de la taille du standard T-TRAK.  Tous les modules que j’ai construit actuellement se composent de 5 pièces : un plan de roulement, et 4 côtés. La découpe est effectuée au cutter et les pièces sont collées entre elles en utilisant un pistolet à colle acheté comme les feuilles de carton plume dans un magasin d’articles pour arts plastiques.

Pour finaliser les modules il est nécessaire d’intégrer les « pieds » permettant d’ajuster la hauteur du plan de voie par rapport au plan de pose du module. Ce réglage est nécessaire lorsque un réseau est mis en place en chevauchant plusieurs tables. Comme il n’est pas certain de pouvoir disposer toutes les tables à la même hauteur, chaque module doit comporter à chacun de ces quatre coins de pieds permettant d’ajuster la hauteur du plan des voies. Le plan des voies doit être placé à 70mm au dessus du plan de pose du module. Par défaut, les modules ont donc une hauteur de 70mm comme cela est précisé dans le premier article. Les pieds permettent de régler la hauteur jusqu’à 100mm. Ces pieds sont constitués d’un morceau de bois tiré d’une barre, et de boulons à frapper dans lequel sont inserrés des vis à tête arrondies.

La dernière étape est d’intégrer une prise de courant sur un module. Pour ma part, j’ai choisi de placer cette prise de courant sur le module double (620mm). Cette prise de courant met en œuvre des rails Kato de référence (20-041). Un trou est placé sous les rails afin de pouvoir atteindre le connecteur Kato qui est placé sous les rails. Le fil bleu du connecteur est placé afin d’alimenter pour chaque voie le rail extérieur. A l’autre extrémité, un prise de type RCA est utilisée, l’âme centrale étant reliée au fil blanc. Les quelques photos suivantes permettent de préciser ce texte.

Le dessous d’un module intégrant la connexion électrique


Détail sur les connecteurs Kato

Une fois ces derniers détails réglés, il est possible de faire un petit réseau simple. Ce réseau est un double ovale. Les modules sont « encliquetés » les uns aux autres en profitant de la connexion électrique et mécanique des rails Kato. Puis ensuite, deux alimentations (une par voie) est connecté grâce aux prises RCA présentent à l’arrière du module.

Un réseau de base constitué de 5 modules T-TRAK


Connexion électrique du réseau

Lorsque les modules sont prêts, le petit réseau présenté sur les figures précédentes est assemblé en moins de 5 minutes, y compris la connexion électrique. Le démontage ne demande pas plus de temps. Pour finir, voici une vidéo présentant la circulation de deux autorails X73500 produits par Mikadotrains.

[flashvideo file=wp-content/uploads/videos/MOV02260_converted.flv /]

T-Trak : un système modulaire innovant

Imaginez un réseau qui se monte et se démonte rapidement sur la table ou le parquet de la salle à manger pour jouer en famille ou entre copains. Chaque membre de la famille ou chaque copain peut apporter son propre module. Des modules qui se transportent facilement et se rangent sur une étagère d’un placard ou le haut d’une armoire. Des modules qui peuvent être construits et décorés en peu de temps, aussi bien par des enfants que des adultes, aussi bien par des débutants que des modélistes expérimentés.

Et bien ce rêve pourrait devenir une réalité avec le système modulaire T-TRAK. Ce système modulaire a été développée initialement par Mme Lee Monaco-Fitzgerald, une américaine, après avoir observé le concept en 2000 au Japon.

Le système modulaire T-TRAK utilise des modules de base, un peu comme les briques LEGO®. Le système T-TRAK a été défini pour l’échelle N (même s’il existe aujourd’hui  des versions pour d’autres échelles) La base est un module de 310mm de longueur sur 30 de largeurs, comme cela est montré sur la figure suivante. La longueur réelle de la structure du module est de 308mm, ce qui avec un dépassement de 1mm de chaque côté des rails pour une meilleure connexion donne un longueur réelle de 310mm.

Le système modulaire T-TRAK est basé sur l’utilisation du système de rails Unitrack® de KATO. La particularité des rails Unitrack® est leur système d’accroche et d’éclisse. Comme le montre la photo suivant, le système permettant de relier deux rails permet d’assurer à la fois une tenue mécanique et la liaison électrique. Ceci est spécifique au système de rail Unitrack® de KATO, et c’est ce système qui est à la base des modules T-TRAK.

Le module droit de base, d’une longueur de 310 mm est composé de deux voies utilisant chacun 2 rails Unitrack®. Il existe également des modules de longueurs multiples de 310 mm.

Afin de pouvoir réaliser des réseaux bouclés, un module d’angle permettant à la voie ferrée de faire un quart de tour est également défini.

Le plan de pose des rails est positionné à une hauteur de 70mm par rapport au support (une table par exemple). Un dispositif est intégré à chaque module afin de pouvoir régler cette hauteur entre 70mm et 100mm afin de compenser des éventuelles différences de positionnement sur un réseau s’étendant sur plusieurs tables.

Ces modules permettent de réaliser par exemple un réseau simple sur la table de la salle à manger ou de la cuisine.

Après les Etats Unis, le système T-TRAK a conquis d’autres contrées comme l’Australie. La majorité des choix faits par les modélistes australiens m’ont séduit car ils peuvent être utilisés comme une base pour importer le système T-TRAK sur un réseau ferroviaire de type français.

Étant séduit, j’ai commencé à fabriquer quelques modules pour pouvoir me rendre compte des avantages et inconvénients du système T-TRAK. Je partagerai cette aventure de modéliste aux travers de futurs articles. En attendant, vous pouvez toujours vous connecter sur les sites originaux américains ou australiens :