Réseau N : La gare de Chalon sur Saône

Jean-Marc MONIN s’est lancé dans un projet gigantesque : reproduire à l’échelle N (1/160ième) la gare de Chalon sur Saône et son environnement proche dans les années 1994-1995. Comme vous pourrez le constater en regardant les photos à la fin de ce billet c’est un réseau impressionnant. L’échelle N démontre là toute sa capacité à reproduire des installations complexes et y faire circuler de longs trains qui semblent très réalistes.

La première zone présentée est la gare de Chalon sur Sôane, elle même. Si toutes les voies sont présentent et fonctionnelles, le décor, la signalisation et la caténaire ne sont pas encore finalisés.

CHALON2011-0001

CHALON2011-0002

CHALON2011-0003

La zone du triage est elle beaucoup plus avancée. Il est impressionnant d’observer les trains traversants à grande vitesse le triage qui permet de garer de longues rames de wagons marchandises ou de voitures voyageurs. C’est une sorte de coulisse visible, et je trouve l’idée très bonne.

CHALON2011-0004

CHALON2011-0005

CHALON2011-0006

Enfin le réseau se termine par une zone de double voies permettant de rejoindre une des deux boucles de retournement. Là encore le décor est largement avancé, et il est très réussi.

CHALON2011-0007

CHALON2011-0008

Les photos présentées dans cet article ont été prises lors de l’exposition organisé par le RMB à Gennevilliers (Haut de Seine) en Mai 2011.

Saint-Lompt-Leaoute (CFSLL)

Voici comment Frédéric FERRAND, l’auteur, présente son mini-réseau à l’échelle HOe (rapport de réduction de 1/87ième et écartement de voie étroit) :

Chef lieu d’un canton d’un département rural du centre de la France, Saint-Lompt-Léaoute a la particularité d’être à la fois la commune la plus longue et la plus étroite de France !

Cette singularité c’est couplée à la fin du XIXe siècle par l’arrivée du “grand réseau” à l’une de ses extrémités, presque par accident, en dehors de la ville. La création d’une ligne de chemin de fer locale s’est donc très vite imposée pour desservir cette gare isolée et l’ensemble des pôles d’habitat et d’industrie qui autrefois autonomes, avaient peu à peu fusionnés pour donner naissance à une commune unique.

Le réseau CFSLL prend naissance dans les emprises marchandises de la gare Saint-Lompt-Léaoute SNCF, par un faisceau d’échange avec la voie normale et l’arrêt de correspondance voyageurs Saint-Lompt-Léaoute Embranchement. Quelques centaines de mètres plus loin, la gare “centrale” urbaine de Saint-Lompt-L’éaoute la Ville accueille les bureaux de la compagnie, l’atelier d’entretien des locotracteurs diesels et s’interconnecte avec le Tramway urbain (TUSLL).

Après quelques kilomètres de pleine voie et de rares habitations, les embranchements particuliers du lieu dit Les Fabriques de Hacheauneuf génèrent un important flux de produits manufacturés. La ligne aboutit en gare terminus de Saint-Lompt-Léaoute le Châtel, où une petite remise à machine héberge les vapeurs du CFSLL.

Au début des années 1960, la ligne est toujours en activité et transporte encore un trafic marchandise conséquent, et quelques circulations voyageurs font office de transport en commun rural. Le parc matériel roulant est constitué au fil des années de bric et de broc, issue de rachats en France comme à l’étranger de locomotives vapeur anciennes ou de locotracteurs diesels plus récents. Les agents d’entretien du réseau font chaque jour de véritables miracles pour faire fonctionner ce parc hétéroclite. !

Ce réseau est linéaire et étroit (environ 15cm si je me souviens bien). Il est composé de plusieurs petits modules assemblés les uns aux autres. Chacun des modules représente une section particulière du réseau. Frédéric FERRAND précise qu’il est appréciable de pouvoir travailler sur des petits modules facilement transportables. Il continue en précisant qu’il est appréciable de finir chacun de ces modules dans un temps réduit et donc de voir la fin de chaque petit projet ce qui n’est pas possible avec un grand réseau.

Chaque module est indépendant et fermé sur les petits côtés uniquement. Ceci permet de bien marquer la transition d’un module à l’autre. Les modules ne possèdent pas de fond de décor. Grâce à cette configuration, il est possible d’exploiter le réseau des deux côtés surtout qu’astucieusement les commandes d’aiguilles, de simples tirettes, ont été placées sur les deux faces. Il est vrai que l’absence de fond de décor présente un inconvénient pour le photographe (surtout pour le modeste amateur que je suis). Les modules sont assemblés par des vis, et des pieds sont fixés au transitions. Des bandeaux en position haute ferment la vue. Les pieds supportent des spots permettant d’éclairer les scénettes.

En partant de la droite le réseau commence par la gare Saint-Lompt-Léaoute SNCF. On y trouve une voie normale et surtout le départ de la voie du chemin de fer local. Vous pouvez remarquer le petit pont transbordeur qui permet à la locomotive d’être replacé en tête de son train.

CFSLL2011-0001

CFSLL2011-0002

CFSLL2011-0010

CFSLL2011-0011

CFSLL2011-0012

Le module suivant était un module intermédiaire comportant plusieurs voies en parallèle. je suppose, mais je ne l’ai pas vérifié, que la plateau est coulissant ce qui permettrait d’avoir une petit coulisse pour stocker les trains.

CFSLL2011-0003

Après, le train traverse une petite rivière et une route dans un environnement campagnard.

CFSLL2011-0004

Les trains arrivaient ensuite en gare de Saint-Lompt-Léaoute le Châtel.  Cette petite gare comprend deux voies, et un tiroir desservie par une aiguille pour permettre de remettre la locomotive en tête de la rame. Deux embranchements et une petite halle permettent d’acceuillir quelques wagons marchandises.

CFSLL2011-0006

CFSLL2011-0007

CFSLL2011-0008

CFSLL2011-0009

Les photos ont été prises lors de l’exposition du RMB à Gennevilliers (Haut de Seine). Elles vous montrent le réseau depuis la gare de Saint-Lompt-Léaoute SNCF jusqu’à Saint-Lompt-Léaoute le Châtel. Si on se réfère au texte de présentation de Frédéric FERRAND, la construction du réseau peut continuer encore pendant quelques temps, car toutes les zones décrites ne sont pas encore représentées. Mais ça c’est une autre histoire, et seul sont auteur, Frédéric FERRAND, sait comment elle s’écriera.

A1A A1A 68000 MABAR

Une A1A 1A1 68000 vient de faire son apparition sur mon réseau. Ce très joli modèle est une production de la société MABAR. Le modèle est très finement reproduit. Il comporte beaucoup de détails, peut être même trop, pour un modèle qui n’est pas destiné à rester dans une vitrine, mais à rouler régulièrement.

Mon choix s’est porté sur la A1A A1A 68075. Elle est en livrée bleu diesel. Le signe SNCF est de type « nouille ». Ceci la rend compatible des époques IV et V de la SNCF. Elle est équipée par trains160 d’un décodeur numérique.

Je vous laisse profiter de ces quelques photos lors de ses premiers tours de roues sur mon réseau reproduisant une petite zone industrielle.

L’exposition du RMB à Gennevilliers

RMB pour forum1 (2)

Comme tous les trois ans, le club de modélisme ferroviaire Rail Miniature de la Boucle organisait le 7 et 8 mai 2011 une exposition de modélisme ferroviaire à Gennevilliers en banlieue parisienne.

Les précédentes éditions que j’avais visité, en 2005 et 2008, m’avaient laissé de très bons souvenirs. Et bien celle de 2011 restera également comme un très bon souvenir.

Le programme comprenait la présence de dis-huit réseaux, et de plus d’une vingtaine d’artisans ou de détaillants. Des ateliers étaient également animés par des associations dont la FFMF et des clubs. Côté réseau, l’échelle HO en voie normale ou étroite était majoritaire, venait derrière l’échelle O principalement en voie étroite, et l’échelle N était représentée par un unique, mais immense réseau. Plusieurs réalisations présentées ont déjà fait l’objet d’articles dans les revues spécialisées.

Comme lors des éditions précédentes, la part belle était laissée aux réseaux de type point-à-point, certains sur des surfaces très réduite, même pour des échelles comme le HO ou le O.

Je vous propose de partager mon enthousiasme à travers un choix très arbitraire de quelques photos de réseaux, mais il  est difficile de mettre une photo pour chacune des réalisations présentées en un seul article. Mais, je vous le promet, je reviendrai dans les semaines à venir en détail sur chacun des réseaux qui étaient exposés.

Je commence par une vue de l’impressionnant réseau en N de Jean-Marc MONIN qui représente la gare de Chalon sur Saône.

gennevilliers2011-0063

La deuxième photo a été prise sur le mini-réseau de Frédéric FERRAND, qui s’appelle «Saint Lompt Léaoute». C’est réseau linéaire ou des trains à l’écartement HOe font la navette sur plusieurs petits modules.

gennevilliers2011-0009

Thomas SCHMID présentait lui aussi un petit réseau à l’échelle HOe, dénommé « Entre Ledébut et Lafin ». Les trains font la navette entre deux gares, après avoir franchi une déclivité importante.

gennevilliers2011-0146

En troisième photo je vous propose encore un réseau à l’échelle HOe, « Le Berland Port » de François FONTANA. Sur ce micro-réseau les trains effectuent des manœuvres sur plusieurs niveaux, passant d’un niveau à un autre par une astucieuse coulisse.

gennevilliers2011-0153 

La photo suivante a été prise sur le réseau à l’échelle HO de Michel HENNINOT et sa «Gare de Courson».

gennevilliers2011-0120

Bien sûr, une exposition de ce type c’est également un moment de partage avec d’autres modélistes que vous connaissez déjà ou non.

En tout cas merci, aux organisateurs et aux exposants pour cette très bonne après-midi que j’ai passé en votre compagnie.

A bientôt pour la suite …

Francis

Ma revue de presse de Mai 2011

Cette fois ci encore, ma revue de presse mensuelle met à l’honneur deux publications de LRPRESSE :

  • Loco Revue
  • Ferrovissime

Loco Revue contient bien sûr deux sujets sur le N : la présentation du réseau Germilly, et la fin de la construction du réseau n’loop de Yann baude. Mais deux autres petits réseaux sympathiques sont également présentés : Courson (HO) et « textile et mine » (O). Ce numéro est très complet avec de nombreux articles qui ont attirés ma curiosité.

Ferrovissime est toujours une revue que j’aime beaucoup lire, car elle mélange des articles historiques et contemporains, humains et techniques sur le monde ferroviaire français. Ce mois-ci si je dois ne retenir qu’un seul article, c’est celui qui concerne l’ITE de TOTALGAZ. Un exemple qui peut être reproduit sur un réseau.