Retour sur le mondial du modélisme 2010

Juin 2010, l’évènement est créé par la renaissance du Mondial de la maquette de Paris, après une année d’absence. Ce salon fête cette année ces 30 ans. Pour cet anniversaire, il s’est tenu de nouveau à la Porte de Versailles de Paris. Bien sûr, pour cette renaissance, il n’avait pas l’ampleur de salons précédents. J’ai rencontré des personnes un peu déçu. Pour ma part, j’y ai vu pendant les quelques heures de visites beaucoup de belles choses qui m’ont fait rêver, et en particulier des réseaux à l’échelle N. Vous trouverez dans la suite de cet article quelques uns de mes coups de cœur.

Le premier réseau, qui bien qu’il ne soit pas une nouveauté, m’émerveille toujours est celui de André Pinat.

[imagebrowser id=1]

A la suite du réseau de André PINAT,  étaient connectés trois modules réalisés par des membres de l’AFAN. Les deux premiers modules avaient été construits par Hélène et Claude FRAVAL : « La Barrière (de la ferme) », « Les Loisirs ». Le dernier module, qui servait également de boucle de retournement, et construit par Claude PANTALEON avait un décor original : un coin de Gaule avec un village d’irréductibles gaulois. Les gaulois et certains autres personnages sont l’œuvre de Robert GESUELLI et sont en papier.

[imagebrowser id=3]

Un autre réseau, toujours à l’échelle N, qui m’a beaucoup impressionné est celui du CMFHF (Club Modéliste Ferroviaire du Haut Forez) qui a reproduit une ligne longeant les gorges de la Loire. De nombreux sites ont été reproduits par les membres de ce club à partir de photos.

[imagebrowser id=2]

Après avoir reproduit le village, Jean-Pierre Barnier présentait cette année la gare de St Sulpice Le Dunois. Il a choisi de reproduire une scène de chargement des pommes de terre vers 1920. La gare de St Sulpice Le Dunois était située dans la Creuse sur la ligne du PO reliant St Sébastien et Guéret. Les personnages ont été réalisés en papier par Robert GESUELLI.

[imagebrowser id=4]

Les membres de l’AFAN présentaient également un traditionnel petit réseau à l’écartement Nm.

[imagebrowser id=6]

Stéphane DUPONT présentait sur le stand de la FFMF un très beau réseau américain, à l’échelle N. Sur ce réseau au décor soigné et dépouillé circulait de très longs trains.

[imagebrowser id=7]

Cet aperçu du « Mondial de la maquette 2010 » est très partiel, et même partial. Les autres échelles et en particulier le HO étaient bien présentes. Le modélisme ferroviaire était d’ailleurs, à mon avis, bien mieux représenté que les autres formes de modélisme, si je compare aux expositions équivalentes précédentes. Je pense que l’action de la FFMF et des associations adhérentes y ait pour beaucoup. Même s’il est parfois critiqué, c’est un salon grand public qui permet de montrer différentes facettes du modélisme et donc d’attirer de nouveaux amateurs.

Une nouvelle édition de ce salon est prévue l’année prochaine du 16 au 19 juin 2011, toujours sur un format de quatre jours au parc des expositions de la porte de Versailles à Paris. Les informations peuvent être trouvées sur le site de l’organisateur : http://www.mondial-modelisme.com/.

T-Trak : un système modulaire innovant

Imaginez un réseau qui se monte et se démonte rapidement sur la table ou le parquet de la salle à manger pour jouer en famille ou entre copains. Chaque membre de la famille ou chaque copain peut apporter son propre module. Des modules qui se transportent facilement et se rangent sur une étagère d’un placard ou le haut d’une armoire. Des modules qui peuvent être construits et décorés en peu de temps, aussi bien par des enfants que des adultes, aussi bien par des débutants que des modélistes expérimentés.

Et bien ce rêve pourrait devenir une réalité avec le système modulaire T-TRAK. Ce système modulaire a été développée initialement par Mme Lee Monaco-Fitzgerald, une américaine, après avoir observé le concept en 2000 au Japon.

Le système modulaire T-TRAK utilise des modules de base, un peu comme les briques LEGO®. Le système T-TRAK a été défini pour l’échelle N (même s’il existe aujourd’hui  des versions pour d’autres échelles) La base est un module de 310mm de longueur sur 30 de largeurs, comme cela est montré sur la figure suivante. La longueur réelle de la structure du module est de 308mm, ce qui avec un dépassement de 1mm de chaque côté des rails pour une meilleure connexion donne un longueur réelle de 310mm.

Le système modulaire T-TRAK est basé sur l’utilisation du système de rails Unitrack® de KATO. La particularité des rails Unitrack® est leur système d’accroche et d’éclisse. Comme le montre la photo suivant, le système permettant de relier deux rails permet d’assurer à la fois une tenue mécanique et la liaison électrique. Ceci est spécifique au système de rail Unitrack® de KATO, et c’est ce système qui est à la base des modules T-TRAK.

Le module droit de base, d’une longueur de 310 mm est composé de deux voies utilisant chacun 2 rails Unitrack®. Il existe également des modules de longueurs multiples de 310 mm.

Afin de pouvoir réaliser des réseaux bouclés, un module d’angle permettant à la voie ferrée de faire un quart de tour est également défini.

Le plan de pose des rails est positionné à une hauteur de 70mm par rapport au support (une table par exemple). Un dispositif est intégré à chaque module afin de pouvoir régler cette hauteur entre 70mm et 100mm afin de compenser des éventuelles différences de positionnement sur un réseau s’étendant sur plusieurs tables.

Ces modules permettent de réaliser par exemple un réseau simple sur la table de la salle à manger ou de la cuisine.

Après les Etats Unis, le système T-TRAK a conquis d’autres contrées comme l’Australie. La majorité des choix faits par les modélistes australiens m’ont séduit car ils peuvent être utilisés comme une base pour importer le système T-TRAK sur un réseau ferroviaire de type français.

Étant séduit, j’ai commencé à fabriquer quelques modules pour pouvoir me rendre compte des avantages et inconvénients du système T-TRAK. Je partagerai cette aventure de modéliste aux travers de futurs articles. En attendant, vous pouvez toujours vous connecter sur les sites originaux américains ou australiens :

Festival vapeur 2010 du MTVS

Comme tous les ans, début octobre, le Musée des Tramways à vapeur et des chemins de fer Secondaires français, aussi connu sous le nom de MTVS, organisait sont festival.

Ce musée est gérée par une association dont l’objectif est de rénover et de présenter des trains français anciens roulant sur voie étroite. Ses locaux se trouvent dans la Val d’Oise sur la commune de Butry-sur-Oise. L’emprise du musée est toute proche de la gare de Valmondois qui voit aujourd’hui circuler des trains de banlieue en provenance de Paris Nord.

La collection contient environ 80 véhicules préservés. Actuellement une trentaine sont rénovés. Certains sont totalement fonctionnel et le festival est une occasion de les voir fonctionner, et même de faire un petit tour dans le passé dans de vrais petits tortillards, en humant la fumée de la locomotive, et en gouttant aux joies des banquettes en bois.

Malheureusement, depuis quelques années (2008) la voie n’est longue que de quelques centaines de mètres depuis un éboulement. Un projet de déménagement pour un espace plus important, et les coûts des travaux pour la remise en état et la sécurisation de cette tranchée n’ont pas permis la remise en circulation de l’ensemble de la ligne déjà assez courte à l’origine, car certaines communes avoisinantes du musée ne voient pas d’un très bon oeil ses activités un peu bruyante et odorantes.

Mais revenons à ce week-end de fête pour le musée et l’association qui le gère. En plus de la visite du musée, de la circulation de quelques convois, quelques réseaux étaient exposés, et des vendeurs de matériels de modélisme œuvraient également. Il y avait également de la musique et danse bretonne, et le dimanche, quand j’y étais un groupe de jeunes gens s’était déguisé en utilisant des costumes anciens dont certains originaux, et qui n’auraient pas dépareillés dans une aventure d’Adèle Blanc Sec.

Je vous propose de continuer ce voyage au travers de quelques photos, qui je l’espère vous donnerons l’envie d’aller visiter ce musée que cela soit à l’occasion d’une journée exceptionnelle, comme ce festival, ou bien lors des jours de visites habituels. Des informations peuvent être trouvées sur les site officiel du musée : http://www.trains-fr.org/mtvs.

Pour commencer la visite, j’ai choisi de vous montrer quelques véhicules de la collection qui étaient particulièrement mis en valeur par l’équipe du musée en cette journée.

Locomotive 130T E.96 de 1913, construite par Decauville du chemin de fer du Val de Vouga.

Locomotive 130T T13 de 1924 de la Compagnie Générale des Voies Ferrées d’Intérêt Local.

Locomotive 020T à crémaillère du tramway du Mont Blanc.

Voiture DF11 du tramway de Saint Etienne

Locotracteur diesel N°1 des tramways des Deux-Sèvres

Autorail à essence à 2 essieux de 1932 des Chemin de fer des Côtes du Nord, fonctionnel

Ambiance autour d’une rame tractée par une vapeur 030T type bi-cabine de 1898 des Tramways de la Sarthe

Autre train tracté par une vapeur 030T de 1925 des Chemin de fer des Côtes du Nord

Outre la présentation de véhicules réels, la collection du musée comprend une exposition permanente avec de nombreuses photos et textes explicatifs. Dans cette partie du musée on trouve également quelques maquettes.

Extrémité de la maquette permanente à l’échelle O

Un des modèles en laiton à l’échelle HO présenté dans une vitrine du musée.

Pour finir ce reportage, je vous propose quelques images des réseaux de trains qui étaient exposés. Cette année, il était à noter que la majorité des présentations étaient à l’échelle N.

Un réseau à l’échelle N

Un autre petit réseau à l’échelle N lui aussi.

Un petit réseau à l’échelle représentant un paysage sous la neige.

Une autre vue du réseau en N sous la neige.

Un diorama à l’échelle HO

Alain Chenu qui est membre de l’AFAN présentait son réseau personnel à l’échelle N

Le réseau d’Alain mesure 2,60 m sur 0,6 m

Il permet un développé d’environ 15 mètres de voies.

Autre Membre de l’AFAN, Grabriel Renue présentait un réseau à l’échelle Nm

Le Nm est une reproduction à l’échelle 1/160ième de trains circulant sur voie étroite de 1m d’écartement.

Ce réseau était constitué de plusieurs modules.

Tous les modules respectent la norme publiée par l’AFAN pour le Nm.

Quatre modélistes de l’AARP présentaient un joli réseau à l’échelle HO.

Un décor soigné caractérise se réseau de style américain.

Mes X73500 MIKADOTRAIN

MIKADOTRAIN nous a gratifié d’un très beau modèle en cette année 2010 : un autorail moderne de type X73500. Cet autorail est proposé en plusieurs décorations TER ou régionales fournies directement par MIKADOTRAIN.

Côté motorisation ce modèle utilise un châssis déjà éprouvé sur certaines autres réalisations artisanales. La version de base est analogique, mais l’installation d’un décodeur est possible soit directement par le modéliste, soit via MIKADOTRAIN ou un de ces partenaires.

Je vous présente les modèles que j’ai acquis : la première en version Bretagne, et l’autre en version TER.

Diorama N : La station service

J’ai construit ce petit diorama avec plusieurs objectifs. Le premier était de me faire la main sur quelques techniques de bases de la création de décor. Le second était de mettre en scène une station service des années 50 de la marque FALLER sur laquelle j’avais craquée il y a déjà quelques années. Ce petit diorama m’a également permis de placer quelques véhicules principalement issus de la gamme N-auto et de décoration personnelle.

Le diorama mesure 25 cm de long sur 15 cm de large. Sa base est en carton mousse de 10 mm d’épaisseur. Le relief est également est constitué en carton mousse. Les voies routières sont réalisées avec des bandes autocollantes de marque Faller, il me semble. Un lavis de peinture acrylique a été appliqué sur l’ensemble des routes, et les bandes de signalisation horizontales ont été réalisées avec de la peinture Humbrol. Les personnages sont de provenances diverses, dont certains sortis de boîte de figurines à peindre.

Une petite vitrine

J’ai créé une petite vitrine avec quelques chutes de bois, pour faire enfin sortir mes locomotives des cartons dans lesquelles elles dormaient.

Pour le détail, la 141 sur le haut de la vitrine est un modèle non motorisé DEL PRADO. Sur l’étagère du haut on trouve une BB22000 Fleischmann (analogique); une BB15000 Minitrix (digital), une CC72000 Minitrix (digital), une BB67300 Minitrix (digital) et une  BB63000 Roco (analogique).
Sur l’étagère suivante (en partant du haut) se trouve un ABJ4 Transmondia (digital), un ABJ3 Mabar (digital), deux BB66000 Piko (digital).
Toujours en descendant, sont exposés une Class66 Kato (digital), 2 X73500 Mikadotrain (analogique pour le moment).
Enfin sur l’étagère du bas, quelques wagons (pour meubler) et un EAD Transmondia (analogique).